KROUM AU THEATRE GERARD PHILIPE

 

DE Hanokh Levin
  • MISE EN SCÈNE
    Jean Bellorini
  • Avec la troupe du Théâtre Alexandrinski (Saint-Pétersbourg)

TOUGATI :
Kroum, je veux guérir, je veux guérir ! Ce que j’ai connu jusqu’à présent, ça ne s’appelle pas vivre.
Je me suis juste préparé, je n’ai fait que des projets, non, ça ne s’appelle pas vivre, ça ne s’appelle pas vivre !

Hanokh Levin, Kroum

On l’a vu la saison dernière avec les œuvres d’Akhmatova, Erdman, Dostoïevski, Tchekhov, Grossman, les personnages des oeuvres russes possèdent un sens aigu de la tragédie douloureuse, de l’exaltation métaphysique et de l’indolence poétique.
Il faut croire que leurs élans, si stupéfiants du point de vue français, sont le fruit d’une psychologie fort éloignée de la nôtre. Leur déraison dépasse bien souvent notre entendement cartésien, notre goût pour l’ordonnancement des concepts et des sentiments.

Le mécénat est-il envisageable dans votre structure de spectacle vivant ?

classical music collage

A ne pas confondre avec le parrainage ou sponsoring, le mécénat ce définit comme « un soutien matériel ou financier apporté sans contrepartie directe de la part du bénéficiaire, à une œuvre ou à une personne pour l’exercice d’activités présentant un caractère d’intérêt général « .

Quelles sont les organismes concernés ?

 

Personnes morales : Il s’agit de personnes morales organismes privés (associations fondations etc.), publics (Etats, collectivités, établissements publics  etc.).

L’intérêt général : l’organisme doit être d’intérêt général, condition remplie si l’activité concernée n’est pas lucrative et est exercée de manière désintéressée et si l’organisme ne fonctionne pas au profit d’un cercle restreint d’intéressés.

Une activité qualifiée de : philanthropique, éducative, scientifique, sociale, humanitaire, sportive, familiale, culturelle, ou plus généralement concourant à la valorisation du patrimoine culturel, à la défense de l’environnement, ou à la diffusion de la culture, de la langue et des connaissances scientifiques françaises.

 Conditions particulières pour les activités de spectacle vivant :

  • Gestion désintéressée de l’activité (notamment bénévolat des membres du bureau d’une association) ;
  • L’activité principale doit être la présentation au public des spectacles ; Ce critère s’apprécie à la fois au niveau des moyens affectés (locaux et personnels notamment) et au niveau financier ( part de cette activité dans le chiffre d’affaires).
  • Le fait que la structure soit considéré comme fiscalisée par l’administration s’influe pas sur la possibilité de bénéficier du dispositif.
  • Les spectacles et plus généralement les œuvres présentées au public  « revêtent un caractère dramatique, lyrique ou chorégraphique les représentations théâtrales dont l’action s’organise autour d’un thème centrale (comédie tragédies, drames, vaudevilles, opéras, opérettes, ballets classiques, modernes, ou folkloriques, et récital de danse, théâtres de marionnettes, de mime, spectacles de rues) […]. Les œuvres musicales comprennent notamment les concerts symphoniques, concerts de musique légère, concerts de musiques de chambre, concerts de musique moderne pouvant inclure  une composition plastique, graphique  ou vidéo, concerts de jazz, comédies »…(BOI-IR-RICI-250-10-20-10) ;

Dans le cas où l’organisme ne satisferait pas à ces conditions une amende fiscale est prévue part l’article 1740-A du CGI égale au montant indument versé par le mécène. Il est à noter que le mécène le sera pas sanctionné.

 

Quelle est le montant de la réduction d’impôt prévue pour le mécène ?

L’AUTREde Florian ZELLER Mise en scène de Thibault AMELINE

L AUTREAvec

Jeoffrey Bourdenet, L’Autre

Benjamin Jungers, Lui

Carolina Jurczak, Elle

 

« Neuf scènes courtes, aigües, légères, reliées entre elles comme un collier et dont chacune fait écho aux autres pour nous rappeler que décidément aimer est une chose difficile.

Nous le savions, et Florian Zeller n’a rien inventé, sauf une façon de dire qui fait la décision. (…)

Sœurs de Wajdi Mouawad au Théatre national de Chaillot

Salle Jean Vilar Durée 2h10 sans entracte   Du 9 au 18 avril 2015

SOEURS

Comme on rassemble les pièces éparses d’un puzzle pour reconstituer une image énigmatique, Wajdi Mouawad pose, dans cette nouvelle création, la question de l’identité et du positionnement vis-à-vis de ses origines. Ce spectacle polyphonique, interprété par Annick Bergeron, s’inscrit comme deuxième opus d’un cycle d’écriture commencé en 2008 avec Seuls.

 

La famille est au coeur de la tragédie grecque. Elle est aussi le centre remuant du théâtre de Wajdi Mouawad, de cette œuvre écartelée entre le Liban des origines et le Canada où ses parents émigrèrent quand il était encore adolescent. Il y a quelques années, en mettant en scène Seuls, spectacle conçu pour un seul acteur et interprété par lui-même, Wajdi Mouawad rompait, en apparence, avec le cycle familial de ses pièces précédentes.

LES CAPRICES DE MARIANNE



large_Image_Marianne
LES CAPRICES DE MARIANNE AU VINGTIÈME THÉÂTRE

Une première mise en scène de Stéphane Peyran

d’Alfred de Musset

du 26 février au 19 avril
du jeudi au samedi à 19h30 – dimanche à 15h00

 

Dans une Naples fantasmée, au centre de la folie carnavalesque, des personnages fictifs errent comme les marionnettes du destin.
Au cœur de la cité corrompue, le danger peut venir de partout : les spadassins rôdent. Et c’est dans cet univers décadent, où les conventions sont des tyrannies, que la belle Marianne va se retrouver prisonnière d’un jeu de dupes où les uns lui reprocheront sa froideur tandis que les autres mettront en doute sa vertu…

Une très belle mise en scène et un jeu d’acteurs et d’actrices remarquables !

Affiche_d_finitive_sans_logos-1422009091

Extrait ici :  https://youtu.be/5E-KNAX4Ga4

Nouveau spectacle de Jean Bellorini au TGP LA BONNE AME DU SE-TCHOUAN

labonneame-pologarat-odessa3Jusqu’au 18 janvier au TGP Saint Denis puis en tournée

Dans le Se-Tchouan, une province reculée de la Chine, les dieux voyagent. Ils cherchent une bonne âme et n’en trouvent qu’une, qui accepte de les loger pour la nuit : Shen Té, la prostituée. Pour la remercier, ils lui donnent de l’argent ; elle quitte son métier et s’achète un petit débit de tabac. Les ennuis commencent alors : passer de l’autre côté de la misère, c’est aussi devoir l’affronter. Misère physique, sociale. Mais aussi misère morale. La fresque épique des aventures de Shen Té est ponctuée d’appels désespérés à la bonté et d’explosions de colère devant la médiocrité et la passivité des humains. Il y est question de l’Homme et de sa schizophrénie, de l’amour-marchand face à l’amour-passion.

 

Créée la saison dernière, cette Bonne Âme, qui a reçu le prix Beaumarchais du meilleur spectacle, a illuminé depuis lors bien des théâtres, jusqu’en Chine ! Elle est enfin au TGP. Le metteur en scène donne le ton : « Il nous faut rêver à un spectacle simple, drôle, et aussi terrible. Entre la fable et le réel, du rêve au cauchemar, de l’espoir à la peur… ou plutôt l’inverse. La musique d’un monde onirique et le bruit de la réalité. Des chansons originales et populaires. Des comédiens-musiciens-chanteurs-ouvriers du plateau… au service de la fable. La présence d’un pianiste fou et grandiose, virtuose. Vents, cordes, percussions. Des chansons et un esprit de fanfare porté par la troupe de dix-huit comédiens ».

L’IDÉAL CLUB 26000 couverts

 

117263-5._26000_couverts_ide_al_club_-_co_26000

Ils n’ont pas leur pareil pour nous faire rire de tout et de rien, le rien étant parfois le tout, et inversement. Ça fait du bien. Le Monde (Ideal Club)

« LIdéal Club, c’est juste pour se faire du bien. On oublierait de se plaindre et de pleurer le monde. On se tromperait de paradis. On dompterait les plantes vertes et les ampoules. On jouerait de la batterie et de la tronçonneuse, de la flûte à bec en santiags. On battrait un Sioux au badminton. On ferait du Air-Sketch et du karaté musical, au son des barbecues. On se prendrait des bûches, mais qui font pas mal. On pillerait Bernstein et les Muppets. On inventerait la Metal-Magie et la pause clope… Tout s’écroule ? Rions ! »

Après LA FACE CACHEE DE LA LUNE, JEAN JAURES, LE MONDE SENSIBLE

Après  LA FACE CACHEE DE LA LUNE, une nouvelle création de Thierry Balasse et de la Compagnie Inouie

Réservez ces dates :

Jeudi 15/05/2014 ECAM du Kremlin Bicêtre (94)  à 20H30

Samedi 17/05/2014 LA BARBACANE à Beynes (78) à 20H45

Après l’excellentissime Ovni-spectacle et performance The Dark Side of the Moon en live et non en STUDIO, Thierry Balasse présente un très beau spectacle Musical toujours à la recherche de sons et de compositions nouvelles.

On retrouvera sur scène le trio fondamental de la compagnie, avec Thierry Balasse au synthétiseur analogique, gants larsen, basse électrique et dispositif numérique, Eric Groleau à la batterie et aux gongs, Cécile Maisonhaute au piano et synthétiseur numérique. Ils seront rejoints par Eric Lohrer à la guitare électrique et acoustique et par le comédien Benoît Marchand.

AU MONFORT : INFINITA FAMILIE FLÖZ

inifitia 1 Du jeu des ombres et des masques

 

 

INFINITA est une pièce sur les premiers et les derniers instants au jeu de la vie et de la mort.

La vie, où adviennent de grands miracles: La première entrée en scène sur le plateau du monde, les premiers pas hardis ainsi que la première chute téméraire.

Une pièce de théâtre portée par le talent de quatre acteurs de théâtre de masque, par l‘usage astucieux du théâtre d‘ombres et par une musique superbe. Une histoire sur l‘éphémérité de  la vie, le fait de vieillir et de venir au monde. La vie elle-même y joue le rôle principal, avec sa force créatrice, qui nous fait échouer et triompher.

Un spectacle d’eau et de Marionnettes au Quai Branly

Proposée par le Théâtre national des marionnettes sur l’eau du Vietnam, cette création est une adaptation vietnamienne de trois contes de l’auteur danois : L’intrépide soldat de plomb, Le vilain petit canard, et La petite sirène.

 

Du jeudi 26 au lundi 30 décembre 2013 

Dans l’eau, neuf marionnettistes actionnent et donnent vie, suivant les techniques traditionnelles, à des marionnettes créées pour le spectacle et inspirées des personnages d’Hans Christian Andersen revus à la mode vietnamienne.

Transposer l’univers d’Andersen dans un spectacle de marionnettes créé dans la plus pure tradition vietnamienne. L’idée peut surprendre, le résultat est magnifique. Deux ans après le superbe Maitre des marionnettes, le Théâtre national des marionnettes sur l’eau du Vietnam revient au musée du quai Branly pour nous offrir une bouffée d’émerveillement pendant les fêtes.

Conception du projet : Ngô Quynh Giao et Jean-Luc Larguier
Mise en scène : Ngô Quynh Giao et Nguyen Tien Dung
Création et sculpture des marionnettes : Ngô Quynh Giao
Création musicale : Henry Torgue
Création lumière : Christophe Pitoiset

Représentations

  • jeudi 26 décembre, 14h et 17h
  • vendredi 27 décembre, 14h et 17h
  • samedi 28 décembre, 14h et 17h
  • dimanche 29 décembre, 14h et 17h
  • lundi 30 décembre, 14h et 17h

Photo © François Carlet Soulages – Agence NOI Hanoi pour Interarts