KROUM AU THEATRE GERARD PHILIPE

 

DE Hanokh Levin
  • MISE EN SCÈNE
    Jean Bellorini
  • Avec la troupe du Théâtre Alexandrinski (Saint-Pétersbourg)

TOUGATI :
Kroum, je veux guérir, je veux guérir ! Ce que j’ai connu jusqu’à présent, ça ne s’appelle pas vivre.
Je me suis juste préparé, je n’ai fait que des projets, non, ça ne s’appelle pas vivre, ça ne s’appelle pas vivre !

Hanokh Levin, Kroum

On l’a vu la saison dernière avec les œuvres d’Akhmatova, Erdman, Dostoïevski, Tchekhov, Grossman, les personnages des oeuvres russes possèdent un sens aigu de la tragédie douloureuse, de l’exaltation métaphysique et de l’indolence poétique.
Il faut croire que leurs élans, si stupéfiants du point de vue français, sont le fruit d’une psychologie fort éloignée de la nôtre. Leur déraison dépasse bien souvent notre entendement cartésien, notre goût pour l’ordonnancement des concepts et des sentiments.

Le mécénat est-il envisageable dans votre structure de spectacle vivant ?

classical music collage

A ne pas confondre avec le parrainage ou sponsoring, le mécénat ce définit comme « un soutien matériel ou financier apporté sans contrepartie directe de la part du bénéficiaire, à une œuvre ou à une personne pour l’exercice d’activités présentant un caractère d’intérêt général « .

Quelles sont les organismes concernés ?

 

Personnes morales : Il s’agit de personnes morales organismes privés (associations fondations etc.), publics (Etats, collectivités, établissements publics  etc.).

L’intérêt général : l’organisme doit être d’intérêt général, condition remplie si l’activité concernée n’est pas lucrative et est exercée de manière désintéressée et si l’organisme ne fonctionne pas au profit d’un cercle restreint d’intéressés.

Une activité qualifiée de : philanthropique, éducative, scientifique, sociale, humanitaire, sportive, familiale, culturelle, ou plus généralement concourant à la valorisation du patrimoine culturel, à la défense de l’environnement, ou à la diffusion de la culture, de la langue et des connaissances scientifiques françaises.

 Conditions particulières pour les activités de spectacle vivant :

  • Gestion désintéressée de l’activité (notamment bénévolat des membres du bureau d’une association) ;
  • L’activité principale doit être la présentation au public des spectacles ; Ce critère s’apprécie à la fois au niveau des moyens affectés (locaux et personnels notamment) et au niveau financier ( part de cette activité dans le chiffre d’affaires).
  • Le fait que la structure soit considéré comme fiscalisée par l’administration s’influe pas sur la possibilité de bénéficier du dispositif.
  • Les spectacles et plus généralement les œuvres présentées au public  « revêtent un caractère dramatique, lyrique ou chorégraphique les représentations théâtrales dont l’action s’organise autour d’un thème centrale (comédie tragédies, drames, vaudevilles, opéras, opérettes, ballets classiques, modernes, ou folkloriques, et récital de danse, théâtres de marionnettes, de mime, spectacles de rues) […]. Les œuvres musicales comprennent notamment les concerts symphoniques, concerts de musique légère, concerts de musiques de chambre, concerts de musique moderne pouvant inclure  une composition plastique, graphique  ou vidéo, concerts de jazz, comédies »…(BOI-IR-RICI-250-10-20-10) ;

Dans le cas où l’organisme ne satisferait pas à ces conditions une amende fiscale est prévue part l’article 1740-A du CGI égale au montant indument versé par le mécène. Il est à noter que le mécène le sera pas sanctionné.

 

Quelle est le montant de la réduction d’impôt prévue pour le mécène ?

Encore quelques jours pour profiter de SURESNES CITES DANSE !

DU 6 janvier au 5 février 2017 à SURESNES

suresnes 1


VOIR LA VIDÉO


Street Dance Club

Chorégraphie Andrew Skeels

Musique Antoine Hervé

La dance club des années 30 a été un véritable remède à la ségrégation raciale et la violence du monde quand elle s’inventait dans les fameux Cotton Club ou Savoy Ballroom. Andrew Skeels a rendu hommage à cet esprit de résistance et a puisé ne chorégraphie aux sources du hip hop dans une succession de tableaux joyeux ou mélancoliques. Partenaire indissociable de ce spectacle, Antoine Hervé fait revivre les combinaisons jazzy des années 30.

27/28/29 janvier

Dès 8 ans

L’AUTREde Florian ZELLER Mise en scène de Thibault AMELINE

L AUTREAvec

Jeoffrey Bourdenet, L’Autre

Benjamin Jungers, Lui

Carolina Jurczak, Elle

 

« Neuf scènes courtes, aigües, légères, reliées entre elles comme un collier et dont chacune fait écho aux autres pour nous rappeler que décidément aimer est une chose difficile.

Nous le savions, et Florian Zeller n’a rien inventé, sauf une façon de dire qui fait la décision. (…)

Cirque Aïtal – Pour le meilleur et pour le pire – Villette en Cirques

960-aitalCirque Aïtal – Pour le meilleur et pour le pire

 

Du 15 janvier 2016 au 24 janvier 2016
Parc de la Villette – Paris

Dans le cadre de Villette en Cirques Puis un peu partout en france

La nouvelle création du Cirque Aïtal plonge dans la relation poétique de deux artistes de cirque, couple sur scène et dans la vie, qui cherchent l’équilibre entre la piste et l’intimité et nous racontent avec humour leur existence dans ce qu’elle a de meilleur et de pire! »

.Interprète : Victor Cathala  et  Kati Pikkarainen

 Le Cirque Aïtal extraordinaire mélange d’humour et d’émotion, est formé par un couple brillant, l’un des plus doués de la jeune génération du cirque. Victor Cathala est toulousain, Kati Pikkarainen est finlandaise.

aital 3Ils créent ensembles des spectacles spectaculaires mêlant acrobaties, poésie, humour et romantisme.

Ils se produisent jusqu’au 24 janvier 2016 à La Villete à Paris avant de partir en tournée.

Avec leur dernière création, « Pour le meilleur et pour le pire »,

Sœurs de Wajdi Mouawad au Théatre national de Chaillot

Salle Jean Vilar Durée 2h10 sans entracte   Du 9 au 18 avril 2015

SOEURS

Comme on rassemble les pièces éparses d’un puzzle pour reconstituer une image énigmatique, Wajdi Mouawad pose, dans cette nouvelle création, la question de l’identité et du positionnement vis-à-vis de ses origines. Ce spectacle polyphonique, interprété par Annick Bergeron, s’inscrit comme deuxième opus d’un cycle d’écriture commencé en 2008 avec Seuls.

 

La famille est au coeur de la tragédie grecque. Elle est aussi le centre remuant du théâtre de Wajdi Mouawad, de cette œuvre écartelée entre le Liban des origines et le Canada où ses parents émigrèrent quand il était encore adolescent. Il y a quelques années, en mettant en scène Seuls, spectacle conçu pour un seul acteur et interprété par lui-même, Wajdi Mouawad rompait, en apparence, avec le cycle familial de ses pièces précédentes.

LES CAPRICES DE MARIANNE



large_Image_Marianne
LES CAPRICES DE MARIANNE AU VINGTIÈME THÉÂTRE

Une première mise en scène de Stéphane Peyran

d’Alfred de Musset

du 26 février au 19 avril
du jeudi au samedi à 19h30 – dimanche à 15h00

 

Dans une Naples fantasmée, au centre de la folie carnavalesque, des personnages fictifs errent comme les marionnettes du destin.
Au cœur de la cité corrompue, le danger peut venir de partout : les spadassins rôdent. Et c’est dans cet univers décadent, où les conventions sont des tyrannies, que la belle Marianne va se retrouver prisonnière d’un jeu de dupes où les uns lui reprocheront sa froideur tandis que les autres mettront en doute sa vertu…

Une très belle mise en scène et un jeu d’acteurs et d’actrices remarquables !

Affiche_d_finitive_sans_logos-1422009091

Extrait ici :  https://youtu.be/5E-KNAX4Ga4

PROFITER DE CE DEBUT D’ANNEE 2015 : Aller à la rencontre de PHILIPPE MENARD


LPH1674391
Tout d’abord à l’espace 1789 le 10 février 2015 à 20 heures  AIR

Air commence comme un moment de défoulement total : portés par la musique de Led Zeppelin, quatre danseurs se laissent emporter par le son et se transforment, sous les yeux des spectateurs, en champions improvisés d’ »air guitar ». L’ambiance est posée…

Avec Air, Philippe Ménard invite à une grande bouffée d’air en s’éloignant des objectifs à atteindre, de la réussite… Il offre ici la possibilité du lâcher prise du bonheur de danser, l’hypothèse d’un mouvement libre guidé par le plaisir. Exit la reconnaissance par la beauté, par l’intellect, par la virtuosité ! Air est une ode aux gestes vains, à la « beauté du geste».

 

Puis en mars avril 2015 avec la nouvelle création de Philippe Ménard      HEROINE 2015

En création le 3 mars 2015 à 20H00 auThéâtre de Châtillon (92)

HEROINE_Ciepm©M_Sanchez1« HEROÏNE se situe dans le prolongement de ma dernière pièce AIR (créée en 2013). Il s’agit d’un travail de recherche sur la beauté du geste vain qui s’attache avant tout à la mise en mouvement et non à l’objectif.
On a tous un jour rêvé de voler, c’est impossible, hélas, mais c’est la tentative toujours réitérée, au risque de se brûler les ailes, qui me touche et c’est, avant tout, à partir de cet élan que j’avais envie de travailler.
Une autre dimension de ma précédente création tient à l’exploration de ce que j’ai appelé « les délires de salle de bain », ces moments d’intimité où on est seul chez soi et où on « se prend pour » une rock star, un chef d’orchestre (…) tout en ayant conscience qu’on ne l’est pas. On « joue à être», on est pleinement engagé dans cet acte et c’est cet endroit de vie intense que j’avais envie de convoquer.

Employeurs : Il est urgent de se doter du Document Unique !

projecteurTout employeur est tenu d’établir un document unique d’évaluation des risques

La cour de Cassation l’a rappelé alors que la cour d’appel n’en avait pas fait état.

Dans cette affaire aux demandes et litiges multiples, des salariés demandent l’application du Document Unique, qui n’avait jamais été mis en place dans l’entreprise. Dans ce cadre, ils demandent des dommages et intérêts substantiels à leur ancien employeur.

La Cour d’appel de Pau , dans sa décision du 7 février 2013 n’avait pas retenu de grief dans l’absence de Document Unique en estimant que l’employeur n’était pas tenu à la mise en place du document unique, en l’absence de danger apparent pour les salariés.

Le contexte exposé :

« A défaut d’indication et de précision, et a fortiori à défaut de preuve, sur les substances ou préparations chimiques utilisées au sein de l’entreprise D…, celle-ci n’était pas tenue d’établir le document unique sur le résultat de l’évaluation des risques pour la santé et la sécurité prévu par les articles L. 4121-3 et R. 4121-1 du Code du travail, ni même la liste des travailleurs exposés aux agents chimiques dangereux, prévue par l’article R. 4412-40 du même Code, alors que cette exposition n’est apparue que ponctuellement à l’occasion des travaux réalisés par certains des salariés de l’entreprise sur les débris de la toiture tombés au sol lors de la tempête de janvier 2009 (arrêt p. 85) »

COMPAGNIE COTE CORPS MELANIE SULMONA EN PRESENTATION PUBLIQUE

 

COTE CORPSMélanie Sulmona est depuis plusieurs éditions artiste référent pour «Jour de Fête», le grand défilé de la ville de Créteil, sous l’égide du CCN de Créteil et Val de Marne/Cie Kâfig. Nous la retrouvons en présentation publique le 9 janvier 2015 pour PETITE DANS CONTRE L’OUBLI (à Janine) à 19h00 au Stdio du CCN Quartier de la Croix des Mèches 1, rue Charpy 94000 Créteil  (Même bâtiment que la MJC Club).

Un canapé, des post-its qui jonchent le sol… Une femme déambule sans but… Ses mouvements sont désordonnés, elle a visiblement beaucoup de mal à organiser ses activités. Partagée entre une danse qui traduit tour à tour le désarroi, la folie de la désorganisation, la déperdition de cette femme, et un texte, court et émouvant sur qui elle est, cette pièce questionne sur la mémoire.
Au hasard de ces petits bouts de papiers, et de sa reconstruction progressive on traverse l’histoire de cette femme, effacée par l’oubli.

Plus d’infos : http://artzybrides.free.fr/Cie_Cote_Corps.html