L AUTRE

L’AUTREde Florian ZELLER Mise en scène de Thibault AMELINE

Avec Jeoffrey Bourdenet, L’Autre Benjamin Jungers, Lui Carolina Jurczak, Elle   « Neuf scènes courtes, aigües, légères, reliées entre elles comme un collier et dont chacune fait écho aux autres pour nous Lire la suite »

aital 3

Cirque Aïtal – Pour le meilleur et pour le pire – Villette en Cirques

Cirque Aïtal – Pour le meilleur et pour le pire   Du 15 janvier 2016 au 24 janvier 2016 Parc de la Villette – Paris Dans le cadre de Villette en Cirques Lire la suite »

SOEURS

Sœurs de Wajdi Mouawad au Théatre national de Chaillot

Salle Jean Vilar Durée 2h10 sans entracte   Du 9 au 18 avril 2015 Comme on rassemble les pièces éparses d’un puzzle pour reconstituer une image énigmatique, Wajdi Mouawad pose, dans cette nouvelle Lire la suite »

large_Image_Marianne

LES CAPRICES DE MARIANNE

LES CAPRICES DE MARIANNE AU VINGTIÈME THÉÂTRE Une première mise en scène de Stéphane Peyran d’Alfred de Musset du 26 février au 19 avril du jeudi au samedi à 19h30 – dimanche à 15h00   Dans une Naples fantasmée, au centre de la folie Lire la suite »

papawebserie1

Laurent Cyr présente PAPA la web série

  Laurent CYR acteur libre sensible et attachant et talentueux : un projet plein de sensibilité et d’humour, soutenez cette création ! http://www.kisskissbankbank.com/papa-la-web-serie http://www.papalawebserie.com/     Note de Laurent Cyr J’aime observer la poésie Lire la suite »

Q’EN EST-IL DE LA PRÉSOMPTION DE SALARIAT DES ARTISTES

Salariat d'artistes

 

Les artistes du spectacle, sont pour le code du travail notamment, l’artiste lyrique, l’artiste dramatique, l’artiste chorégraphique, l’artiste de variétés, le musicien, le chansonnier, l’artiste de complément, le chef d’orchestre, l’arrangeur orchestrateur et, pour l’exécution matérielle de sa conception artistique, le metteur en scène (article L 7121-2 CT).

 

La présomption de salariat des artistes s’applique notamment dans les cas suivants :

 

  • Indépendamment de la nationalité de l’artiste, mais également du type de spectacle qu’il soit vivant ou enregistré ;
  • Aux artistes de complément, les figurants, les doublures, les silhouettes… ;
  • Aux enfants qui participent au spectacle ;
  •  Indépendamment de la qualification juridique donnée au contrat.

 

Quels sont les contrats concernés ?

 

Selon l’article  L. 7121-3 du code du Travail : « tout contrat par lequel une personne s’assure, moyennant rémunération, le concours d’un artiste du spectacle en vue de sa production, est présumé être un contrat de travail dès lors que cet artiste n’exerce pas l’activité qui fait l’objet de ce contrat dans des conditions impliquant son inscription au registre du Commerce ».

 

La présomption de salariat des artistes subsiste notamment :

  •  Indépendamment de la qualification juridique donnée au contrat.
  • Le mode et le montant de la rémunération ;
  • La qualification donnée au contrat par les parties ;
  • Même si l’artiste conserve la liberté d’expression de son art, propriétaire ou non de tout ou partie du matériel utilisé ;
  • En cas d’emploi par l’artiste d’une ou plusieurs personnes pour l’assister, dès lors qu’il participe personnellement au spectacle.

 

Une exception à cette présomption :

Il s’agit d’une exception reprise notamment par l’arrêt du 15 juin 2006 de la cour de justice des communautés européennes (CJCE)  et reprise par l’article  L. 7121-5 du code du Travail. Elle  concerne les artistes reconnus comme prestataires de services établis dans un État membre de l’Union européenne ou dans un autre Etat partie à l’accord sur l’Espace économique européen où ils fournissent habituellement des services analogues et qui viennent exercer leur activité en France à titre temporaire et indépendant. Il s’agit d’appliquer cette présomption avec prudence. En effet, la Cour de Cassation précise  qu’il appartient à l’employeur d’apporter la preuve que les artistes employés sont « reconnus comme prestataires de services établis dans leur Etat membre d’origine où ils fournissent des services analogues ». (arrêt Hartung de la Cour de

Cassation du 12 octobre 2010 n° 54894).

Exemple : un metteur en scène anglais exerçant son activité à titre professionnel sous la forme de prestataire de services et inscrit en Angleterre sous un format indépendant peut être rémunéré sous une forme de facturation en France.

 

Quelle est la forme du contrat de travail de l’artiste ?

 

Il doit être en principe individuel mais par exception, peut être commun à plusieurs artistes lorsqu’il concerne des artistes se produisant dans un même numéro ou des musiciens appartenant au même orchestre.

Ce contrat « collectif » doit mentionner les références de tous les artistes engagés ainsi que le montant des rémunérations attribuées à chaque salarié.

 

La question du spectacle et auto-entreprise

 

La loi de modernisation de l’économie n° 2008-776 du 4 août 2008 par laquelle a été créé le régime de l’autoentrepreneur, permet la création d’une activité indépendante de prestations de services ou de livraisons de marchandises.

En ce qui concerne les activités de spectacles, c’est la circulaire du ministère de la culture du 28 janvier 2010 qui prévoit la mise en œuvre, pour les artistes et techniciens du spectacle, des dispositions de l’autoentreprise et prévoit que artiste du spectacle qui exerce son activité en qualité de salarié dans le cadre des dispositions de l’article L. 7121-3 du code du travail ne peut pas se déclarer autoentrepreneur pour la même profession.

Le monde du spectacle et le portage salarial : autorisé ou interdit ?

Sur ce sujet controversé, le ministère de la culture et de la communication a adressée le 29 août 2012 aux services  préfectoraux de région et aux DRAC une directive qui informe que le recours au portage salarial dans le secteur du spectacle comporte des risques conformément à la présomption de salariat préexistante. Le risque pour l’employeur de salarier l’artiste et de procéder aux déclarations sociales et de se rendre passible du délit de dissimulation d’emploi salarié entrainant notamment, une sanction pénale de 45000€ et de 3 ans d’emprisonnement pour la personne physique responsable, une amende de 225000€ pour la personne morale. Le risque porte également sur le redressement URSSAF des sommes versées et l’annulation de toutes les exonérations de la structure sur une durée portée à 5 ans.

Source notamment  articles L 7121-2 à 7 du code du travail

La convention assurance Chomage du 14 mai 2014 annulée par le conseil d’Etat !

Bulletin de salaireA la suite de la saisine de plusieurs associations de défense des salariés intermittents, le conseil d’Etat s’est prononcé et annule l’arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l’indemnisation Pôle Emploi.

Cette convention devra être renégociée avant le 1er mars 2016, date d’annulation effective.

Trois clauses ont été jugées illégales et doivent être rediscutées entre les partenaires sociaux :

La première avait ému de nombreux intermittents tant les conséquences étaient retenties comme lourdes et totalement injustifiées à savoir le différé d’indemnisation. A ce titre, et suite à la mobilisation de nombreux salariés du secteur culturel, le gouvernement avait fait machine arrière en demandant à Pôle emploi d’indemniser les intermittents sans tenir compte de de différé, l’Etat s’engageant à rembourser Pôle Emploi du montant du différé non appliqué.

1ere clause illégale :

Le mécanisme du différé d’indemnisation est considéré comme illégal par le conseil d’Etat. Les Sages ont considéré que le dispositif pouvait le cas échéant priver des salariés licencié illégalement de toute indemnisation des préjudices autres que la perte de revenus portant sur le licenciement lui-même.

L’AUTREde Florian ZELLER Mise en scène de Thibault AMELINE

L AUTREAvec

Jeoffrey Bourdenet, L’Autre

Benjamin Jungers, Lui

Carolina Jurczak, Elle

 

« Neuf scènes courtes, aigües, légères, reliées entre elles comme un collier et dont chacune fait écho aux autres pour nous rappeler que décidément aimer est une chose difficile.

Nous le savions, et Florian Zeller n’a rien inventé, sauf une façon de dire qui fait la décision. (…)

Artistes à la Maison des Artistes ou à l’AGESSA : les subtilités du précompte et des contributions diffuseur

Abstract multimedia background made by different images bent.Artistes à la Maison des Artistes ou à l’AGESSA : les subtilités du précompte et des contributions diffuseur

 

Les droits d’auteurs sont les rémunérations qui sont versées aux auteurs en contrepartie de l’exploitation d’une œuvre ou d’une commande. Ces droits d’auteur bénéficient d’un régime social particulier différent des régimes salarié et travailleur indépendant.

Quels sont les bénéficiaires ?

Les auteurs et co-auteurs d’œuvres de nature :

- littéraires ;

- musicales ;

- cinématographiques ;

- audiovisuelles ;

- dramatiques ;

- graphiques et plastiques ;

- photographiques ;

- chorégraphiques.

Cirque Aïtal – Pour le meilleur et pour le pire – Villette en Cirques

960-aitalCirque Aïtal – Pour le meilleur et pour le pire

 

Du 15 janvier 2016 au 24 janvier 2016
Parc de la Villette – Paris

Dans le cadre de Villette en Cirques Puis un peu partout en france

La nouvelle création du Cirque Aïtal plonge dans la relation poétique de deux artistes de cirque, couple sur scène et dans la vie, qui cherchent l’équilibre entre la piste et l’intimité et nous racontent avec humour leur existence dans ce qu’elle a de meilleur et de pire! »

.Interprète : Victor Cathala  et  Kati Pikkarainen

 Le Cirque Aïtal extraordinaire mélange d’humour et d’émotion, est formé par un couple brillant, l’un des plus doués de la jeune génération du cirque. Victor Cathala est toulousain, Kati Pikkarainen est finlandaise.

aital 3Ils créent ensembles des spectacles spectaculaires mêlant acrobaties, poésie, humour et romantisme.

Ils se produisent jusqu’au 24 janvier 2016 à La Villete à Paris avant de partir en tournée.

Avec leur dernière création, « Pour le meilleur et pour le pire »,

LE COMPTE PERSONNEL DE FORMATION EN 6 QUESTIONS

 

"100% Conseil" (Bleu)Quels sont les bénéficiaires ?

 

Le Compte Personnel de Formation (CPF) est ouvert à toute personne d’au moins 16 ans ou 15 ans pour les jeunes sous contrat d’apprentissage. Le CPF est ouvert à chaque personne sous contrat ou en recherche d’emploi ou encore en accompagnement dans un projet d’orientation ou d’insertion professionnelle. Le compte Personnel de Formation est ouvert au premier emploi et est clos lors de la prise de la retraite du bénéficiaire.

Comment en bénéficier ?

 

Chaque bénéficiaire a un accès gratuitement à un service internet géré par la Caisse des Dépôts et Consignation lui permettant de connaître ses droits et les formations éligibles au CPF selon la branche professionnelle applicable et le lieu géographique d’exécution du travail.

Adresse d’activation : https://espaceprivé.moncompteformation.gouv.fr

A la première connexion, il convient de renseigner son nom, prénom, son numéro de sécurité sociale et son adresse mail.

Le site d’accès est www.moncompteformation.gouv.fr

 

A quel nombre d’heures ai-je droit ?

 

En régime général :

Le nombre d’heures disponibles est fonction du temps de travail.

L’alimentation du CPF se fait à hauteur de 24 heures par an dans la limite de 120 heures puis à hauteur de 12 heures dans la limite de 150 heures, sur une période minimale de 7 ans et demi.

Les heures ainsi obtenues sont acquises en cas de changement d‘emploi ou de perte d’emploi ou de tout changement de situation professionnelle.

Le décompte d’heures acquises se fait sur la base de 1607 heures de travail pour un contrat à temps plein pour 35 heures par semaine.

Pour les contrats de travail à temps partiel, le calcul des heures entrant dans le CPF se fait sur la base du rapport entre les heures effectuées et l’équivalent d’un temps plein de 1607 heures par an.

Exemple :

Pour un salarié ayant travaillé 25 heures par semaine, le nombre d’heures imputées sur le CPF la première année est de : 24 heures * (855/1607)=13 heures.

 

En intermittence :

Sœurs de Wajdi Mouawad au Théatre national de Chaillot

Salle Jean Vilar Durée 2h10 sans entracte   Du 9 au 18 avril 2015

SOEURS

Comme on rassemble les pièces éparses d’un puzzle pour reconstituer une image énigmatique, Wajdi Mouawad pose, dans cette nouvelle création, la question de l’identité et du positionnement vis-à-vis de ses origines. Ce spectacle polyphonique, interprété par Annick Bergeron, s’inscrit comme deuxième opus d’un cycle d’écriture commencé en 2008 avec Seuls.

 

La famille est au coeur de la tragédie grecque. Elle est aussi le centre remuant du théâtre de Wajdi Mouawad, de cette œuvre écartelée entre le Liban des origines et le Canada où ses parents émigrèrent quand il était encore adolescent. Il y a quelques années, en mettant en scène Seuls, spectacle conçu pour un seul acteur et interprété par lui-même, Wajdi Mouawad rompait, en apparence, avec le cycle familial de ses pièces précédentes.

Entreprises prestataires techniques de l’audiovisuel : Du changement dans vos obligations

projecteurL’arrêté du 14 avril 2014 publié au journal Officiel du 30 janvier 2015 instaure une nouvelle condition à l’emploi des contrats à durée déterminée d’usage (CDDU).

Les entreprises concernées doivent disposer d’une certification sociale.

Quelles sont les entreprises concernées ?

Les employeurs qui dépendent de l ‘annexe VIII au règlement de l’assurance chômage et qui sont au service de la création et de l’évènementiel doivent avoir une activité répertoriée selon les codes NAF (APE) suivants :

5911C Production de films pour le cinéma (studios de cinéma)

5912Z Postproduction de films cinématographiques, de vidéos et de programmes de télévision (exception pour les studios d’animation)

5920Z Enregistrement sonore et édition musicale (studios d’enregistrement sonore)

LES CAPRICES DE MARIANNE



large_Image_Marianne
LES CAPRICES DE MARIANNE AU VINGTIÈME THÉÂTRE

Une première mise en scène de Stéphane Peyran

d’Alfred de Musset

du 26 février au 19 avril
du jeudi au samedi à 19h30 – dimanche à 15h00

 

Dans une Naples fantasmée, au centre de la folie carnavalesque, des personnages fictifs errent comme les marionnettes du destin.
Au cœur de la cité corrompue, le danger peut venir de partout : les spadassins rôdent. Et c’est dans cet univers décadent, où les conventions sont des tyrannies, que la belle Marianne va se retrouver prisonnière d’un jeu de dupes où les uns lui reprocheront sa froideur tandis que les autres mettront en doute sa vertu…

Une très belle mise en scène et un jeu d’acteurs et d’actrices remarquables !

Affiche_d_finitive_sans_logos-1422009091

Extrait ici :  https://youtu.be/5E-KNAX4Ga4

Laurent Cyr présente PAPA la web série

 


papawebserie1Laurent CYR acteur libre sensible et attachant et talentueux : un projet plein de sensibilité et d’humour, soutenez cette création !

http://www.kisskissbankbank.com/papa-la-web-serie

http://www.papalawebserie.com/

 

 

Note de Laurent Cyr

J’aime observer la poésie et la drôlerie qui se dégagent de tout échange entre un parent et son enfant.

Je note quelquefois qu’en voulant bien faire, bien dire, nous rentrons dans un costume de PARENT un peu grand pour nous. Et c’est à partir de cette observation que j’ai construis le personnage de PAPA. Dans le jeu et la réalisation, j’ai voulu le montrer tel qu’il est : totalement imparfait et créer ainsi le décalage entre le sérieux d’une thématique abordée, ses maladresses et ses limites à lui. Je pense que c’est de ce décalage là que naît le comique. Nous connaissons tous avec nos progénitures de grands moments de désarrois, si drôles. J’ai cherché à retranscrire cela dans chaque épisode : ce moment de trouble face son enfant à la suite d’une question, une situation, un événement  qui nous désarçonne. Je nous trouve tellement plus touchants, plus beaux même quand nous devenons vulnérables.

papawebserie2

http://www.laurentcyr.fr